mardi 6 novembre 2012

Lettre au Nouvel Observateur (29 janvier 1979)



Une lettre de Jacques Soustelle

[Le Nouvel Observateur, n° 742, 29 janvier-4 février 1979]

Mis en cause sous le titre « la Nouvelle Croisade de Soustelle », dans « le Nouvel Observateur » n° 739, du 8 janvier 1979, je vous serais obligé de bien vouloir publier la mise au point suivante, que je vous adresse en vertu du droit de réponse.

1. Le premier paragraphe de cet article indique que j'ai été un « théoricien de l'O.A.S. » et que j'ai lutté « par les moyens que l'on sait » — le terrorisme sans doute ? — contre l'indépendance de l'Algérie. La vérité est que je n'ai été ni théoricien ni activiste de l'O.A.S., et que j'ai défendu ma position sur l'Algérie, beaucoup plus nuancée que vous ne le dites, uniquement par des moyens légaux. Quoi qu'il en soit, mon article dans « le Monde » du 4 janvier concernait uniquement la Rhodésie et n'avait aucunement trait à l'Algérie.

2. Je n'ai pas été « amnistié » en 1968, n'ayant jamais été jugé ni condamné, mais poursuivi et réduit à l'exil pour délit de non-conformisme. Je suis rentré en France en 1968 à la suite d'un non-lieu, le « dossier » constitué pour justifier mon inculpation n'étant qu'un tissu de ragots sans consistance.

3. Je ne suis pas devenu l'avocat des « régimes blancs » d'Afrique australe, mais celui de la concorde et de la paix dans cette partie du monde que l'impérialisme soviétique s'efforce de dominer. Le régime de Rhodésie n'est pas « blanc » mais multiracial. Celui de Windhoek (Namibie) est multiracial. Ceux du Transkei et du Bophuthatswana sont des régimes de majorité noire. Celui de Pretoria pose un problème d'évolution et de réformes dont ses dirigeants les plus éclairés sont parfaitement conscients. Il n'est que juste de reconnaître les efforts déjà faits, la réforme constitutionnelle en cours, l'amenuisement de l'apartheid : mieux vaut encourager et appuyer cette évolution que déchaîner la guerre civile.

4. Je ne suis pas « émerveillé », quoi qu'en dise votre rédacteur, d'avoir trouvé en Rhodésie des cadres africains valables. Il est facile de prendre un ton de persiflage alors que je voulais, par cette constatation, montrer qu'une société multiraciale était viable en Rhodésie.

5. Les « considérations stratégiques sur la lutte contre le marxisme » dont vous faites si bon marché correspondent à une réalité évidente. La pénétration soviétique en Afrique, de l'Angola à l'Ethiopie, ne peut être niée. Si vous croyez que les Cubains et les Allemands de l'Est qui s'installent en Afrique y vont pour défendre les droits de l'homme et mener des actions humanitaires, vous risquez d'avoir de sérieuses désillusions.

6. Je ne vois pas ce qu'il y a de condamnable dans la défense des investissements occidentaux, français notamment, en Afrique australe. Qui dit investissements dit commandes pour l'industrie française, qui dit commandes dit emploi. Ai-je tort de vouloir contribuer, dans un secteur déterminé, à la lutte contre le chômage ?

J. S.