mardi 1 octobre 2013

Avant-propos à Sahara et Communauté (1960)



AVANT-PROPOS de Jacques SOUSTELLE

[Sahara et Communauté de Marc-Robert Thomas, Paris, PUF, 1960, p. IX-XII]

AVANT-PROPOS

La grande mutation dont le Sahara est depuis quelques années l'objet et en même temps le théâtre est, non seulement pour notre pays, mais aussi pour l'ensemble français et, je crois, pour l'Europe elle-même, un fait capital. Je l'ai dit souvent déjà. On ne le redira jamais assez. Car, si les perspectives économiques qu'ouvre ce fait sont aujourd'hui en gros connues et comprises par l'opinion publique — tout le monde en effet comprend ce que représente le pétrole du Sahara — il est moins certain que celle-ci ait acquis la juste vue de ce que la mise en valeur des richesses sahariennes peut et doit permettre à des plans très divers.

A la connaissance exacte de ce qu'est le Sahara, de ce que nous y faisons, des objectifs qui y sont les nôtres et, pourquoi le taire, des difficultés que nous y avons rencontrées ou que nous y rencontrons encore, cet ouvrage de M. Marc-Robert Thomas apporte une contribution aussi solide qu'opportune.

Son auteur avait soutenu brillamment devant la Faculté de Droit d'Aix-en-Provence, en décembre 1958, une thèse de doctorat consacrée au Sahara français. C'est cette thèse, dont le texte a été allégé sur certains points, complété sur d'autres et mis à jour sur tous — car tout continue à aller très vite au Sahara — qui forme la substance de ce livre aujourd'hui accessible à un public non spécialisé.

Sur le Sahara en soi — son passé lointain et proche, son statut de droit international public, sa géographie physique et humaine, son économie (ressources, infrastructure, organisation), ses nouvelles structures politiques et administratives — on trouvera dans les chapitres qui suivent réponse à toutes les questions importantes ; et souvent un aiguillon pour poursuivre auprès des spécialistes la satisfaction plus complète des curiosités que l'auteur aura éveillé...

Sans doute le capitaine Thomas, commissaire de l'Air, lui-même fils d'officier saharien, a-t-il été, par sa jeunesse marocaine, par l'imprégnation familiale, particulièrement préparé à éprouver les sortilèges du désert... Je vois, d'autre part, dans l'ouvrage de Marc-Robert Thomas un signe de tout ce qu'il peut y avoir de fécond, à cause même peut-être, de ces différences ou certains croient voir des antinomies, dans les rencontres de l'Armée et de l'Université... Que le Sahara soit l'occasion d'une de ces rencontres, cela porte aussi une grande espérance.