mardi 29 septembre 2015

Les socialistes français voudront-ils s'inspirer de cet exposé ? (1974)



M. SOUSTELLE : les socialistes français voudront-ils s'inspirer de cet exposé ?

[Le Monde, 21 novembre 1974]

M. Jacques Soustelle, ancien ministre, député non inscrit du Rhône, nous a déclaré à propos de la conférence de M. Brandt :

"Il est réconfortant d'entendre le chef d'un grand parti socialiste d'Europe occidentale s'exprimer comme vient de le faire, à Paris, l'ancien chancelier Willy Brandt.

De son allocution, très dense et très franche, j'ai retenu d'abord un grave avertissement. L'Europe est au bord de la catastrophe, le temps de la croissance tenu pour indéfini est passé. Aucun homme d'Etat responsable ne peut, aujourd'hui, dire comment l'Occident pourra boucler, l'an prochain, le formidable déficit de la balance des paiements envers les producteurs de pétrole.

"L'inflation sévit, et les gouvernements ont peine à résister aux pressions de groupes d'intérêts.

"Je partage le point de vue de M. Brandt, quand il nous met en garde contre la tentation, pour chaque pays, d'essayer de se sauver seul.

"Je pense, comme lui, que le salut ne peut être recherché que dans l'union de l'Europe (qui suppose, selon lui, une entente franco-allemande) : le leader socialiste allemand s'est dit en accord avec le président Giscard d'Estaing, notamment en ce qui concerne l'élection du Parlement européen au suffrage universel et la renonciation au droit de veto.

"L'indépendance de l'Europe va-t-elle se faire contre les Etats-Unis ?

"M. Brandt a lancé une heureuse formule : "Coordination n'est pas subordination". Quant à la détente avec l'Est, la chute profonde des économies occidentales lui porterait un coup très rude.

"Willy Brandt s'est exprimé comme un européen lucide et réaliste. Il a fait des suggestions constructives. Son exposé devrait contribuer à dissiper le scepticisme paralysant qui s'oppose actuellement au projet de la construction européenne. Les socialistes français voudront-ils s'en inspirer ?"